Une saison 2011-2012 exceptionnelle

aikibudo - Présentation

Saison exceptionnelle

pour l'Aïkibudo et le Kobudo menneçois


Aïki-quoi ?

Comment ça ?!

Le mot "Aïkibudo" ne vous évoque rien ?!

Jamais entendu parlé ?!

Alors même que l'Académie Menneçoise d'Arts Martiaux peut s'enorgueillir de compter au sein de cette section le plus grand nombre de pratiquants de toute l'Essonne !

Alors même que nos pratiquants des deux disciplines (Aïkibudo et Kobudo) ont récolté une moisson de succès cette année !

Vous avez bien lu « une moisson de succès », et non de médailles : nous pratiquons un art plutôt qu'un sport... pas de compétition, pas de vainqueur, pas de vaincu, donc pas de médaille.

En Aïkibudo, chacun d'entre nous a face à lui des partenaires, et non des adversaires : toute une philosophie, tout un état d'esprit, qui caractérisent notre pratique.

Ce qui est vrai pour les plus débutants d'entre nous, l'est plus encore au fur et à mesure que nous gagnons en expérience : nous devons être en capacité de préserver l'intégrité physique de notre partenaire, lequel a l’obligeance et la générosité de nous « prêter son corps », ainsi que se plaît à le répéter notre senseï.

D'ailleurs, le terme japonais "Aïkibudo", qui signifie littéralement "la voie martiale des énergies unifiées", recouvre bien cette notion de recherche d'une harmonie avec son partenaire.

Notre pratique martiale, tout artistique qu'elle soit, n'en exige pas moins une bonne condition physique, même si chacun et chacune peut pratiquer selon ses capacités. Une autre particularité de l'Aïkibudo est en effet de ne pas comporter de catégories ni d'âge, ni de sexe, ni de poids. C'est ainsi qu'une frêle jeune fille peut parfaitement travailler avec un solide grand-père ! (ou l’inverse…)

Quel est donc cet art martial qui n'est pas un sport mais dont la pratique s'avère finalement assez sportive, à tout le moins physique ?

L'Aïkibudo puise ses racines dans le Japon médiéval, le Japon des Samouraïs. Nous ne sommes plus aujourd'hui en temps de guerre, pas plus en France qu'au Japon : la pratique d'un art martial comme le nôtre, dépourvue d’agressivité, peut s'entendre désormais comme étant au service de la sauvegarde du bien et de la paix.

Selon une incontestable filiation historique jusqu'à nos jours, un homme, Alain Floquet, a réalisé au cours de sa vie une synthèse originale des différentes traditions culturelles et martiales qui lui ont été enseignées, en France et au Japon : Judo, Karaté, Kendo, Aïkido-Yoseikan, Katori Shinto Ryu, Daito Ryu Aikijujutsu, Yoseikan Shinto Ryu, ... Ces expériences multiples l'ont amené progressivement à élaborer une pratique et un art si personnels et si cohérents que ses grands maîtres japonais eux-mêmes lui ont finalement demandé de créer et de nommer sa propre école - ce qui constitue un fait exceptionnel pour un Occidental - : l'Aïkibudo était né, cousin de l'aïkido avec lequel il a des ancêtres communs. Cet art martial en perpétuelle évolution concilie ainsi tradition et modernité.

Nous autres pratiquants menneçois avons la chance d'avoir Maître Alain Floquet pour presque voisin, puisque celui-ci vit à Grigny, pour ainsi dire à deux pas de notre dôjô. Il se trouve être un homme charmant et accessible aux pratiquants du plus débutant au plus émérite, gratifiant chacun, lors de ses cours ou lors de stages, de sa bienveillance, de son expérience... et de son implacable efficacité sur le tatami !

Notre pratique martiale se distingue par un travail à mains nues (l'Aïkibudo) et un travail avec armes (le Kobudo).

L'Aïkibudo concentre un ensemble de techniques manuelles de défense, contre des frappes à mains nues, contre des saisies, ou bien contre armes.

Le Kobudo, qui se réfère à l'école Katori Shinto Ryu, regroupe le maniement de nombreuses armes qui étaient celles des Samouraïs : le sabre, le bâton, la lance, etc.

Et cette moisson de succès à l’A.M.A.M., alors ?

Côté passages de grades, de nouvelles ceintures noires comme s'il en pleuvait : rien moins que 7 nouveaux premiers dan (shodan) ! Sans compter l'obtention de 4 nouveaux deuxièmes dan (nidan) !

Notre enseignant d'Aïkibudo, Alexis Poirier, peut être fier d'avoir su mener sa dream team de 7 pratiquants à un succès mérité : 5 shodan (Mohammad Khederi, Martin Pagé, Guy Nabet, Laurent Langlet et Vincent de Marchi) et 2 nidan (Jean Verger et Laurent Pastorello). Un sans faute qui vient couronner le travail de nos pratiquants : carton plein ! Cerise sur le gâteau : les félicitations du jury pour Vincent de Marchi !

Notre enseignant de Kobudo et son assistant, Éric et Vincent de Marchi, peuvent quant à eux se féliciter d'avoir accompagné la talentueuse Nathalie Vérité vers le succès : elle est ainsi devenue la première femme de la section à accéder au shodan de cette discipline. Nos professeurs peuvent encore se réjouir du joli doublé réalisé par Laurent Langlet qui, non content d'obtenir sa ceinture noire en Aïkibudo, l'a aussi obtenue en Kobudo ! Last but not least, nos senseï ont travaillé à la prestation remarquée d’Alexis Poirier et de Vincent de Marchi pour l’obtention de leur nidan de Kobudo.

Côté diplômes, la liste est à peine moins longue : loin d’être anecdotiques, ces réussites s’inscrivent pleinement dans la philosophie de l’Aïkibudo, basée sur l’expérience de chacun et sa transmission aux autres. Elles sont le signe, une fois de plus, de l’implication des pratiquants dans la vie de notre section et dans la vie de l’école Aïkibudo.

La formation Prévention et Secours Civiques de niveau 1 a été suivie et validée par deux de nos pratiquantes, Anne-Pauline Lacéré et Véronique Ravez. Cette dernière a également été reçue, au terme d’une année studieuse et dense, à l’examen du B.P.J.E.P.S. option A.P.T. Ce brevet professionnel vient compléter son Brevet Fédéral obtenu en Aïkibudo la saison dernière, et lui permettra d’enseigner.

Trois autres diplômes d’enseignement ont été obtenus cette année : deux Brevets Fédéraux (pour Alain Rodermann en Kobudo, et Jean Verger en Aïkibudo), et un Brevet d’État (le B.E.E.S.) en Aïkibudo (pour Nathalie Vérité). Nathalie prendra officiellement ses fonctions d’assistante du professeur au cours d’Aïkibudo à la prochaine rentrée.

Pour terminer, notre senseï Alexis Poirier a validé cette année son Diplôme d’État (D.E.J.E.P.S.), option Aïkibudo. Déjà technicien de ligue et juge régional, il vient de se voir confier le rôle de conseiller technique auprès de la ligue Île-de-France. Ces fonctions témoignent de la juste reconnaissance par nos instances de ses grandes qualités d’enseignant et de pratiquant (il est 4ème dan d’Aïkibudo, et 2ème dan de Kobudo), ainsi que de son implication remarquable et remarquée au sein de l’école Aïkibudo. Ses élèves l’autorisent à se prévaloir également du titre auto-décerné de mec sympa.

Côté pratique festive, rappelons que Maître Alain Floquet a créé l’Aïkibudo en le fondant sur des valeurs d’amitié et de partage : une saison aussi exceptionnelle à l’Académie Menneçoise d’Arts Martiaux ne pouvait que se clore dans la joie et la convivialité !

De quoi peut être fait l’avenir maintenant, après une aussi belle saison ?

L’avenir de l’Aïkibudo et du Kobudo menneçois est plein de promesses, justement, puisque Véronique Ravez ouvre dès septembre prochain une section Aïkibudo enfants au sein de l’A.M.A.M., à destination des enfants âgés de 7 à 14 ans…


Petit lexique
Termes japonais

- senseï : professeur

- dôjô : lieu où l’on pratique

- tatami : surface d’entraînement constituée de tapis

- dan : niveau de maîtrise

- shodan : 1er dan

- nidan : 2ème dan

 

Abréviations

- A.M.A.M. : Académie Menneçoise d'Arts Martiaux, association qui regroupe actuellement les sections Judo et Taï-So, Karaté, Aïkibudo et Kobudo, sous la présidence de Stéphane Dorigo

- B.P.J.E.P.S. option A.P.T. : Brevet Professionnel de la Jeunesse, de l'Éducation Populaire et des Sports (option Activités Physiques pour Tous)

- B.E.E.S. : Brevet d'État d'Éducateur Sportif

- D.E.J.E.P.S. : Diplôme d'État de la Jeunesse, de l'Éducation Populaire et des Sports

Infos pratiques

Où ?

Dojo Gérard Pizzonéro

Parc des sports de Villeroy

91540 Mennecy

(à côté de la piscine)

Quand ?

- cours d’Aïkibudo (à partir de 15 ans) :

o le mercredi : 19h45 - 21h30

o le samedi : 10h45 - 12h30

- cours de Kobudo (à partir de 13 ans) :

o le mercredi : 19h00 - 19h45

o le samedi : 09h00 - 10h45

o le dimanche : 10h00 - 12h00

- cours Enfants (de 7 à 14 ans) :

o le samedi : 15h15 - 16h15

o le mardi : 17h45 - 18h45

Comment ?

(permanence assurée par l’indispensable Nathalie Genet)

01 64 57 32 49

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

www.mennecy-dojo.com